Politique

Les Berlinois veulent exproprier les grands groupes immobiliers de la ville

Le 26 septembre, l’Allemagne a voté pour son nouveau parlement et ses nouveaux représentants locaux. Mais les Berlinois ont également exprimé leur opinion dans un référendum où 56 % ont voté en faveur de l’expropriation des grands groupes immobiliers de la ville.

Une manifestation en 2019 de Deutsche Wohnen &amp ; Co. enteignen
Une manifestation en 2019 de Deutsche Wohnen &amp ; Co. enteignen. Un million de Berlinois ont voté pour l’expropriation des entreprises de l’immobilier | © DWE

Le référendum demandait aux Berlinois s’ils voulaient exproprier les grands groupes immobiliers possédant plus de 3 000 logements à Berlin et les transformer en logements locatifs abordables.

Plus d’un million de Berlinois ont voté en faveur de l’expropriation lors d’un référendum qui a enregistré un taux de participation de 75 % ; 39 % ont voté contre.

La ville de Berlin devrait racheter les propriétés.

L’initiative, appelée “Deutsche Wohnen & Co. enteignen” (Exproprier Deutsche Wohnen & Cie), a pour objectif de baisser les loyers qui ont doublé en 10 ans à Berlin selon leur site internet.

Deutsche Wohnen est une importante société immobilière allemande avec une capitalisation boursière d’environ 15 milliards d’euros, et l’initiative considère qu’elle spécule sur le marché immobilier de Berlin.

Le collectif prévoit qu’une telle loi affecterait 243 000 appartements sur les 1,67 million que compte Berlin.

Plus d’un million de Berlinois ont décidé : personne n’est autorisé à spéculer avec nos appartementsa déclaré Joanna Kusiak, porte-parole de Deutsche Wohnen & Co. enteignen.

L’initiative a recueilli 359 000 signatures, soit bien plus que les 170 000 nécessaires pour voter, et plus que n’importe quel référendum auparavant, explique Der Spiegel.

Le vote n’est pas juridiquement contraignant. Cependant, la question devra être débattue par le parlement.

Berlin a acheté 14 750 appartements et 450 magasins 10 jours avant le référendum

Selon Bild, la ville de Berlin s’attend à ce que l’expropriation coûte 36 milliards d’euros, alors que la ville dispose d’un budget annuel de 31 milliards d’euros. L’initiative a estimé le coût entre 7 et 13 milliards d’euros pour acheter des propriétés à des prix “bien inférieurs à ceux du marché“.

Plus tôt dans l’année, la coalition de gauche qui dirige actuellement Berlin a introduit un plafonnement des loyers. Mais la cour constitutionnelle a estimé qu’il violait la constitution allemande car il existait déjà une loi fédérale réglementant les loyers.

Le 17 septembre, la ville de Berlin a déclaré avoir acheté pour 2,46 milliards d’euros d’appartements et de magasins, par l’intermédiaire d’entreprises publiques, à Deutsche Wohnen et Vonovia, un autre acteur de l’immobilier commercial désireux de racheter son concurrent.

Les appartements appartenant aux pouvoirs publics représentent environ 5 % du marché locatif de Berlin.

Découvrez plus d’actualités d’Allemagne

Source
Volksentscheid "Deutsche Wohnen & Co enteignen" 2021, Ville de Berlin, septembre 2021, accès libre

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page