Sciences et santé

Le secret du wombat, ce marsupial avec des excréments en forme de cube, découvert

Des scientifiques ont étudié comment un marsupial australien pouvait sortir des excréments en forme de cube. Ils pensent que les résultats peuvent aider le secteur médical ou l'industrie.

Wombat
Un wombat commun | © JJ Harrison

Le Wombat est un marsupial australien indigène connu pour la forme unique de ses excréments. Ils sont naturellement formés en cube. Cette espèce protégée de la même famille des kangourous mesure environ 1 mètre de long et 70 centimètres de haut.

Lorsqu'ils sont chassés par des prédateurs comme les dingos, ils se cachent dans leur terrier et bloquent l'entrée avec leur postérieur. De cette manière, leur arrière-train fait de cartilage et extrêmement épais constitue un rempart improvisé.

Mais certains scientifiques se sont intéressés à une autre spécificité du postérieur : ses excréments en forme de cubes.

Outre le fait que leurs matière fécale soit expulsée en cubes, ils en fabriquent à profusion : entre 80 et 100 crottes sortent de l'animal par jour après une longue semaine de digestion.

On suppose que ces formes s'avèrent utiles pour rester groupées et éviter que les excréments ne dévalent les collines. En effet, les wombats vivent dans les forêts montagneuses d'Australie.

Leur présence et les parfums aideraient à communiquer entre les individus, comme marquer un territoire ou attirer des partenaires pendant le cycle de reproduction.

Différents niveaux de flexibilité de la paroi intestinale

Et selon Patricia J. Yang et al., les coins sont créés dans les derniers 17% de l'intestin.

C'est là que certaines parois sont plus épaisses et plus rigides que d'autres. Pour la recherche, les scientifiques ont partiellement recréé le processus et affirment que l'alternance de contractions rapides dans les régions rigides et de mouvements lents dans les zones plus souples permettrait de créer un cube, dans un tube élastique circulaire grâce à 100 000 contractions pendant 5 jours.

L'étude a été publiée le 21 janvier 2021 dans Soft Matter, une revue consacrée à la recherche des sujets légers.

Pour cette recherche, les scientifiques, du Georgia Institute of Technology aux États-Unis et de l'Université de Tasmanie en Australie, ont remporté le prix satirique Nobel de physique Ig, en 2019. Ce prix récompense les "réalisations qui font d'abord rire les personnes, puis les font réfléchir".

Les conclusions ont été présentées pour la première fois en 2018 à Atlanta, en Géorgie.

Potentiel dans le domaine de la santé ou de la bionique

Le document suggère que les résultats pourraient avoir des applications dans "la manufacture et la santé digestive".

Cela pourrait en effet aider à comprendre comment créer des courbes et éventuellement sculpter un cube par des mouvements sans découper ni utiliser de moule. La nature a souvent été une source d'inspiration pour diverses innovations. L'un des exemples les plus célèbres de bionique, ou d'ingénierie d'inspiration biologique, est la bande Velcro.

Les scientifiques notent que les dissections ont été opérées sur des animaux euthanasiés après une collision avec par des véhicules, méthode approuvée par la Taronga Conservation Society Australia, une organisation de conservation, de recherche et d'éducation environnementale.

En savoir plus sur l'Australie

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page