Économie

La Corée du Sud publie une liste des entreprises qui ne respectent pas les quotas de travailleurs handicapés. Prada n’en a pas embauchés en 10 ans

Chaque année, le ministère sud-coréen du travail publie une liste des entreprises qui ne respectent pas les exigences légales sur le nombre de personnes employées présentant un handicap. Les entreprises internationales n’y sont pas absentes. Trois des cinq plus grandes entreprises ayant le plus faible taux d’emploi de personnes handicapées sont des entreprises étrangères. Zara est la plus grande entreprise opérant en Corée sans aucun travailleur handicapé, Prada n’a pas embauché une seule personne handicapée en 10 ans.

Une rue en Corée du Sud
Une rue en Corée du Sud | © shawnanggg, 2018

Le ministère de l’emploi et du travail de Corée du Sud a publié le 20 décembre sa liste annuelle des entreprises de plus de 300 salariés qui ne recrutent pas de travailleurs handicapés ou qui ne mettent pas en œuvre de procédures dans ce sens.

Au total, 436 organisations opérant en Corée du Sud ont été placées sur la liste cette année, soit 79 entreprises de moins que l’année dernière, parce qu’elles “n’ont pas fait d’efforts pour embaucher des personnes handicapées, malgré leur taux d’emploi significativement faible”, selon le ministère.

Selon la loi sud-coréenne, les organismes publics doivent compter plus de 3,4 % d’employés handicapés. Le seuil pour les entreprises privées de plus de 50 employés est de 3,1 % de leur effectif. La politique de quotas en entreprises pour des personnes présentant un handicap est en place depuis 1990 dans le pays.

Selon l’Agence coréenne pour l’emploi des personnes handicapées, environ 5 % de la population coréenne (2,6 millions de personnes) est considérée comme handicapée et 32 % de la population active handicapée mais capable de travailler n’avait pas d’emploi en 2021. Environ 29 000 entreprises comptant 50 employés à temps plein ou plus sont soumises à un quota et, malgré des aides gouvernementales, seules 44 % d’entre elles ont rempli leurs obligations en 2021. Le Korea Herald rapportait en 2015 que plus les entreprises avaient d’employés, plus elles étaient susceptibles de préférer payer une amende.

Pourtant, afin d’accentuer la pression publique sur les organisations pour qu’elles deviennent un lieu de travail plus inclusif, le gouvernement publie chaque année la liste des sociétés de plus de 300 employés qui n’atteignent pas 80 % de l’exigence pour les entités publiques (2,72 %) et 50 % pour les entreprises privées (1,55 %).

Les autorités leur notifient également en avril qu’elles ne remplissent pas leurs obligations et leur donnent six mois pour s’améliorer par le biais de formations, de tables rondes pour résoudre des problèmes ou de mesures visant à rendre l’entreprise capable d’embaucher des personnes handicapées.

La plupart figurant sur la liste sont des entreprises privées sud-coréennes, même si 17 organismes publics n’ont pas non plus fait assez d’efforts pour diversifier leur recrutement. L’industrie manufacturière est la plus représentée dans la liste.

Mais quelques entreprises de la liste sont également des entreprises internationales reconnues comme Nike, le groupe de luxe Richemont, Zara, Citibank, le distributeur Costco. Pourtant, ces entreprises emploient plus de 1 000 personnes à temps plein en Corée. Zara, Nike et Richemont représentent même trois des cinq entreprises de plus de 1 000 salariés ayant le taux d’emploi de personnes handicapées le plus faible du pays, selon le classement du ministère.

Les branches coréennes de Zara, Tesla, Swarovski, Hermès, la société pharmaceutique suisse Roche et Ferragamo ne comptent pas un seul employé handicapé.

Prada Corée, la multinationale japonaise d’ingénierie électrique Yokogawa et Elco Ink, la branche coréenne des entreprises du groupe Estée Lauder pour la vente dans les lieux de transport comme les aéroports, font même partie des onze entreprises qui n’ont pas embauché un seul travailleur handicapé en dix ans.

Nike, qui emploie 1 194 personnes en Corée, dont 37 chargées de recrutement, ne compte que 3 personnes handicapées dans ses effectifs. De même, le groupe Richemont, qui emploie 1 139 personnes, ne compte que 3 personnes handicapées dans ses effectifs mais a de surcroît manqué à ses obligations en matière d’emploi de personnes handicapées pendant 10 années consécutives.

Parmi les entreprises employant entre 500 et 999 personnes qui ne respectent pas les quotas légaux figurent la société américaine Abbott, Prada, les assurances MetLife, Philip Morris, HSBC, Novartis, Ericsson et Oracle.

Dans une liste de plus petites entreprises internationales, entre 300 et 499 employés, on y trouve également Tesla, Swarovski, Hermès, Yokogawa, Roche, Ferragamo, Balenciaga, AstraZeneca, Philips, Cisco Systems, la société de marketing britannique Kantar, l’entreprise suédo-suisse ABB, l’équipementier automobile français Faurecia, les entreprises chimiques Henkel et Linde, Sanofi, Dell, le conglomérat industriel américain Honeywell.

Découvrez plus d’actualités sur la Corée du Sud

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page