Politique

Les Philippines annulent le retrait de l’accord sur la présence des troupes de l’armée américaine

Les Philippines ont finalement décidé de retirer l’abrogation du Visiting Force Agreement avec les États-Unis. Un retrait reporté trois fois mais jamais acté.

Secrétaires à la Défense des États-Unis et des Philippines, Lloyd J. Austin III et Delfin Lorenzana
Secrétaires à la Défense des États-Unis et des Philippines, Lloyd J. Austin III et Delfin Lorenzana. La première visite aux aux Philippines des États-Unis depuis l’élection de M. Biden a permis de restaurer le Visiting Force Agreement U.S.’s first visit since Biden’s election to the Philippines restored the Visiting Force Agreement | Twitter

Le 30 juillet 2021, le président Rodrigo Duterte a décidé que les Philippines ne se retireraient pas du Visiting Force Agreement après une rencontre avec le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin.

Le secrétaire philippin à la défense, Delfin Lorenzana, l’a annoncé lors d’une conférence de presse commune avec son homologue américain, le premier responsable de l’administration Biden à venir aux Philippines.

Le VFA permet aux troupes américaines d’opérer aux Philippines et constitue la base d’une coopération ou d’une assistance militaire ultérieure avec les États-Unis. Il autorise les mouvements sans restriction des forces militaires américaines aux Philippines ou exempte le personnel militaire des procédures de visa.

Mais M. Duterte avait soudainement décidé d’abroger la coopération militaire en février 2020, peu après l’annulation du visa pour les États-Unis de son ancien chef de police. L’ancien chef de la police, aujourd’hui sénateur, a dirigé la guerre sanglante et controversée de M. Duterte contre la drogue. Le sénateur était soupçonné d’être impliqué dans des exécutions extrajudiciaires.

L’abrogation de l’accord militaire n’a jamais eu lieu

L’abrogation a été reportée en juin 2020, en novembre 2020 et plus récemment en juin 2021 pour six mois supplémentaires afin de répondre aux “préoccupations concernant certains aspects de l’accord“.

À l’origine, Rodrigo Duterte avait déclaré vouloir renégocier les termes du contrat et faire en sorte que les États-Unis paient pour être présents aux Philippines, non loin de la Chine. M. Duterte a eu des relations difficiles avec les États-Unis depuis son arrivée au pouvoir en 2016 et était plus favorable à la coopération avec la Chine.

Mais des bateaux chinois entrant dans la zone économique exclusive des Philippines en mars dernier ont fait croître les tensions entre les deux pays. La Chine revendique environ 90% de la mer de Chine méridionale.

La Chine rejette une décision de la Cour internationale de justice de 2016 rejetant ses revendications sur cette zone maritime.

Mais le 11 juillet, à l’occasion du cinquième anniversaire de l’arrêt et comme l’année précédente, le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a réaffirmé le soutien de son pays aux Philippines en vertu du traité de défense mutuelle conclu entre les États-Unis et les Philippines en 1951.

Ce traité prévoit un soutien mutuel entre les deux pays en cas d’attaque d’un tiers.

Les règles de l’ordre maritime n’est nulle part autant menacé que dans la mer de Chine méridionale“, a déclaré le secrétaire d’État Blinken dans une déclaration écrite.  La Chinecontinue de contraindre et d’intimider les États côtiers d’Asie du Sud-Est, menaçant la liberté de navigation dans cette voie de circulation mondiale cruciale“.

Les raisons qui ont conduit au rétablissement du Visiting Forces Agreement entre les Philippines et les États-Unis n’ont pas été officiellement expliquées.

Découvrez plus d’actualités sur les Philippines

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page