Société

La commissaire du Conseil des droits de l’homme de l’ONU va visiter le Xinjiang

L’Organisation des Nations unies pour les droits de l’homme va se rendre dans la région chinoise du Xinjiang alors que son enquête sur la persécution des Ouïghours par le gouvernement n’a pas encore été publiée.

MIchelle Bachelet
Michelle Bachelet | UN Women/Catianne Tijerina, 2013

Le Conseil des droits de l’homme des l’ONU va pouvoir se rendre au Xinjiang, la région chinoise où les Ouïghours seraient victimes de persécutions, de détentions abusives et de génocide.

Michelle Bachelet, Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme et ancienne présidente du Chili, a déclaré le 8 mars que le bureau avait conclu un accord avec le gouvernement chinois pour une visite en mai.

Elle a ajouté que le gouvernement chinois avait également accepté la visite d’une visite préliminaire de son équipe le mois prochain “pour préparer mon séjour en Chine, y compris des visites in-situ au Xinjiang et dans d’autres endroits”. Les préparatifs de cette visite ont déjà commencé.

Bachelet a réitéré sa volonté de visiter le Xinjiang dès qu’elle a pris ses fonctions en 2018. Mais son bureau n’a toujours pas publié les résultats d’une enquête sur le respect des droits de l’homme envers le Ouïghours dans la région.

L’organisation Human Rights Watch a publié le 8 mars une lettre ouverte signée par 192 groupes de défense des droits de l’homme, exhortant la haut-commissaire à publier le “rapport sur les violations des droits de la part du gouvernement chinois ciblant les Ouïghours et d’autres communautés turques”.

Le HRW dénonce “la détention massive systématique organisée par l’État, la torture, la persécution et d’autres violations d’une ampleur et d’une nature équivalentes à des crimes contre l’humanité”.

Pékin affirme que ces sites sont des centres de formation professionnelle destinés à améliorer la situation économique et à contrer les accès de violence extrémiste dans le Xinjiang.

Le bureau de l’ONU basé à Genève a déclaré que le rapport était bientôt prêt à être publié depuis des mois. S’adressant au Conseil des droits de l’homme jeudi, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a demandé au bureau de Mme Bachelet de publier le rapport.

Les groupes de défense des droits de l’homme sont de plus en plus préoccupés par le fait que le bureau des droits de l’homme des Nations unies n’a toujours pas publié son rapport tant attendu sur le Xinjiang, alors même que les crimes atroces s’accumulent”, a déclaré Kenneth Roth, directeur exécutif de Human Rights Watch

Découvrez des actualités sur la Chine

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page