Société

Au Chili, la plus grosse augmentation du salaire minimum en 29 ans promulguée

Le salaire minimum au Chili connaîtra sa plus forte augmentation depuis 29 ans. La loi prévoit également des subventions pour les petites entreprises et des allocations pour les ménages les plus vulnérables.

Gabriel Boric, président du Chili, lors de la promulgation de la loi sur le réajustement du salaire minimum
Gabriel Boric, président du Chili, lors de la promulgation de la loi sur le réajustement du salaire minimum | Presidencia Chile

Le président du Chili, Gabriel Boric, a promulgué le 23 mai la loi de réajustement du salaire minimum, qui prévoit la plus forte augmentation nominale des salaires depuis 29 ans.

La Chambre des députés chilienne a voté le projet de loi à l'unanimité mercredi dernier, un jour après que le Sénat l'eut également approuvé.

Avec cette loi, le salaire minimum est fixé à 380 000 pesos chiliens (454 dollars) par mois pour le mois de mai, et atteindra 400 000 pesos à partir du mois d'août. Le revenu minimum est actuellement fixé à 350 000 pesos (419 dollars), ce qui représente une augmentation de 14,3 % pour l'année.

De plus, le salaire minimum passera également à 410 000 pesos par mois en janvier 2023, si l'inflation annuelle en décembre est supérieure à 7 %. Le taux d'inflation au Chili a fortement augmenté au cours des derniers mois et a atteint 10,5 % en avril 2022 par rapport à 2021. Les prix ont augmenté de 7,2 % en 2021, soit le niveau le plus élevé depuis 2007.

Pour les travailleurs de moins de 18 ans ou de plus de 65 ans, le salaire minimum sera de 283 471 pesos (339 dollars) à partir de mai.

L'augmentation du salaire minimum résulte d'un accord entre le gouvernement, le plus grand syndicat du Chili, la Central Unitaria de Trabajadores, et les organisations représentatives des petites et moyennes entreprises. L'initiative bénéficiera aux 800 000 personnes qui perçoivent le salaire minimum selon le ministère des finances. Soixante-dix pour cent d'entre elles travaillent dans des PME.

"Il est vraiment satisfaisant de pouvoir démontrer que le gouvernement et les organisations sociales peuvent avancer ensemble vers des objectifs communs", a déclaré le président du Chili dont la popularité a rapidement baissé après son élection. "Nous voulons être le gouvernement des travailleurs", a-t-il ajouté. M. Boric a également souligné que l'augmentation du minimum légal n'aurait pas été possible sans les efforts déployés dans le pays sous les administrations précédentes.

Les 180.000 petites et moyennes entreprises du pays recevront également des subventions afin de compenser les augmentations de salaire de leurs employés. Les entreprises recevront 22 000 pesos par mois entre mai et juillet pour chaque employé, puis 26 000 pesos d'août à décembre. Et si la troisième augmentation de salaire a lieu en 2023, les PME recevront 32 000 pesos jusqu'en avril 2023.

La loi a également revu à la hausse les allocations familiales pour les ménages à faibles revenus à partir d'août dans les mêmes proportions que l'augmentation du salaire minimum. De plus, une allocation mensuelle jusqu'en avril 2023 sera également ajustée pour compenser la hausse des prix du panier alimentaire de première nécessité. Ces aides aux ménages devraient bénéficier à 3,3 million de personnes, selon le ministère des Finances.

Le texte anticipe également une augmentation de la nouvelle pension universelle garantie de juillet à juin.

L'ensemble de cette mesure devrait coûter 329 161 millions de pesos (394 millions de dollars) aux contribuables chiliens en 2022.

Découvrez plus d'informations sur le Chili

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page