Sciences et santé

L'Irlande instaure un prix minimum sur l'alcool

L'Irlande a fixé un prix plancher pour l'alcool depuis janvier 2022 afin d'en diminuer la consommation. Cette mesure entraînera une augmentation des prix dans les magasins de détail, notamment pour les spiritueux les plus abordables.

Bouteilles de vin sur des étagères
En Irlande, une bouteille de vin à 13% d'alcool coûtera au minimum de 7,69 € à partir du 4 janvier 2022 | © Florent B., 2019

L'Irlande a instauré son prix unitaire minimum sur l'alcool depuis le 4 janvier.

Cette réglementation vise à réduire la consommation d'alcool des plus gros buveurs et des plus jeunes qui ont tendance à boire rapidement des grandes quantités d'alcool fort bon marché en soirées.

L'Irlande a ainsi fixé un prix plancher pour les boissons alcoolisées. Chaque gramme d'alcool pur ne pourra être vendu en dessous de 10 centimes à partir du 4 janvier. En conséquence, certains produits verront leur prix doubler d'un jour à l'autre.

Les pubs, les boîtes de nuit ou les restaurants servent une unité d'alcool dans un verre de vin standard, dans un verre de spiritueux ou dans la moitié d'une pinte. Et comme chaque unité d'alcool contient 10 grammes d'alcool, chaque verre ne pourra être vendu à moins d'un euro.

Les boissons dans les bars ou les restaurants sont de toute manière déjà vendues à un prix supérieur à 1 euro. Ces établissements ne seront donc pas vraiment affectées par la mise en place des prix planchers. Mais il aura un impact sur les prix dans les supermarchés et magasins de détail, notamment sur les spiritueux car ils contiennent plus d'alcool.

Les prix augmenteront principalement dans la distribution

Une pinte de bière à 4,5 % d'alcool sera vendue à pas moins de 1,78 €. Une bouteille de vin standard à 12,5 % d'alcool par volume sera au moins à 7,40 €. Une bouteille de 70 cl de gin ou de vodka à 37,5 % sera forcément plus chère que 20,71 € et les spiritueux à 43 % tels que les whiskies écossais seront vendus plus de 23,75 €.

La quantité en grammes d'alcool est calculée par le volume du liquide en millilitres, multiplié par le titre alcoométrique volumique du produit alcoolisé (le degré d'alcool), multiplié par 0,789.

Le nouveau prix unitaire minimum affectera également les boissons de moindre qualité, mais préservera les marques plus haut de gamme, car elles sont déjà vendues dans des fourchettes de prix plus élevées. Certains perçoivent cette mesure comme régressive et qui pénalisera principalement les populations avec des revenus faibles.

Le prix plancher n'est pas une taxe, bien que la disposition ne s'applique pas aux duty-free destinés aux voyageurs internationaux.

Les détracteurs de cette mesure affirment qu'elle ne fera finalement qu'enrichir les distributeurs et non l'État, qui pourrait investir cet argent dans des systèmes de soutien et d'éducation visant à réduire les dangers de la consommation d'alcool. D'un autre côté, il est estimé que la réduction du nombre de maladies liées à l'alcool, d'admissions à l'hôpital, d'événements violents ou d'absences sur le lieu de travail grâce à la tarification plancher permettrait à la société d'économiser 1,7 milliard d'euros par an, selon une tribune du Irish Times.

L'Irlande est le deuxième pays le plus cher de l'Union européenne. L'alcool et le tabac y sont 86 % plus chers que la moyenne européenne, selon les données d'Eurostat. Plus globalement en Europe, la Norvège est le pays où l'alcool et le tabac sont les plus chers, avec des tarifs deux fois plus élevés que la moyenne européenne.

En moyenne, un Irlandais boit plus d'une pinte par jour

Cette initiative s'inscrit dans le cadre de la loi sur la santé publique (alcool) de 2018 et de l'objectif de l'Irlande de réduire la consommation d'alcool au sein de la population.

La disposition sur le prix minimum de l'alcool fut approuvée en mai 2021 pour "réduire les dommages causés par l'abus d'alcool et retarder l'initiation à la consommation d'alcool chez les enfants et les jeunes", avait alors expliqué le ministre de la Santé Stephen Donnelly. Les responsables espèrent qu'elle modifiera les habitudes de consommation d'alcool dans le pays.

En Irlande, 1 personne sur 4 s'abstient totalement de consommer de l'alcool. Mais dans le même temps, plus de la moitié des buveurs sont considérés comme à risque. En moyenne, un Irlandais de plus de 15 ans a bu 10,8 litres d'alcool pur en 2019, ce qui représentait plus d'une pinte de bière par jour.

En 30 ans, la consommation d'alcool en Irlande n'a pas changé en termes de grammes absorbés. Cependant, les boissons ont évolué. En 1989, 70 % de l'alcool ingéré par les Irlandais provenait de la consommation de bière. Ils boivent aujourd'hui moins de bières mais plus de vin et de spiritueux qu'il y a 30 ans.

De plus, ils le font davantage à la maison que dans les pubs. Par conséquent, l'Irlande a perdu 17 % de ses pubs entre 2005 et 2017.

Depuis 2018, l'Écosse a introduit un prix minimum à 50 pennys (0,60 € au taux de change actuel), un prix plancher six fois plus élevé qu'en Irlande. En mars 2020, le Pays de Galles a introduit le même prix minimum qu'en Écosse. En Australie, le prix minimum fixé en 2018 dans le Territoire du Nord était de 1,30 dollar australien par unité d'alcool, soit environ 0,08 € par gramme d'alcool.

Découvrez plus d'actualités sur l'Irlande

Source
Public Health (Alcohol) Act 2018, Gouvernement d'Irlande, accès gratuit, PDF

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page