Économie

La Norvège et le dilemme entre exporter son électricité offshore et privilégier sa population

Alors que la Norvège investit dans des parcs éoliens offshore pour augmenter son approvisionnement en énergie renouvelable, les projets sont bloqués entre la perspective de faire des bénéfices en exportant de l’électricité et la crainte d’une augmentation des prix pour la population. L’industrie fait pression sur le gouvernement pour qu’il prenne une décision.

parc éolien offshore
Le parc éolien offshore Rampion, Royaume-Uni | © Nicholas Doherty

La Norvège souhaite investir dans son réseau électrique offshore mais craint que cela n’entraîne une hausse du prix de l’électricité pour les Norvégiens. Exporter son électricité peut être lucratif, mais les Norvégiens devront financer l’investissement alors qu’ils doivent déjà faire face à l’augmentation des prix de l’énergie.

Les futures économies à faible émission de carbone offrent de grandes opportunités économiques aux acteurs du secteur des énergies renouvelables. Et la Norvège pourrait en profiter grâce à son expertise en matière d’énergie offshore.

Alors que l’Union européenne s’est engagée à atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, elle prévoit d’utiliser 60 gigawatts d’électricité provenant de l’éolien offshore d’ici 2030, et 300GW d’ici 2050.

En 2019, la Norvège a exporté pour 11 milliards de couronnes norvégiennes (1,2 milliard de dollars) de technologies et de services dans le secteur de l’éolien offshore. Le pays estime que cette industrie pourrait générer 50 milliards de couronnes norvégiennes à l’export en 2030 et faire partie de ses cinq plus grandes industries d’exportation dans les 15 prochaines années.

En 2020, la Norvège avait annoncé l’ouverture de deux nouveaux parcs éoliens d’une capacité combinée pouvant atteindre 4,5GW. Les deux parcs éoliens, Utsira Nord et Sørlige Nordsjø II, sont situés en mer du Nord et devraient être opérationnels en 2030.

Grâce à ces projets, la Norvège peut devenir l’un des principaux fournisseurs d’énergie renouvelable en Europe.

La course au leadership dans le secteur de l’énergie éolienne en mer

La mer du Nord possède l’une des meilleures ressources éoliennes au monde et est entourée d’économies développées. Et la Norvège espère en tirer parti. La production norvégienne de pétrole et de gaz devant diminuer progressivement jusqu’en 2040, l’expertise offshore du pays positionne la Norvège comme un futur leader du secteur.

Mais la mer du Nord est également profonde et si la plupart des parcs éoliens se trouvent actuellement dans des eaux peu profondes, les zones de mer profonde nécessitent des parcs éoliens flottants, qui sont également plus coûteux à construire.

La direction norvégienne des ressources en eau et de l’énergie estime que les parcs éoliens flottants coûteraient 37% de plus que l’énergie offshore traditionnelle en 2030, et presque quatre fois plus que l’énergie éolienne terrestre.

Mais la Norvège n’est pas le seul pays à investir dans l’éolien. Les pays ayant des eaux territoriales dans la mer du Nord font de même.

Le Royaume-Uni possède la plus grande capacité d’énergie éolienne en mer et prévoit de gros investissements dans le secteur. L’Écosse a récemment accordé des droits pour les fonds marins de 7 000 km² d’espace maritime pour des parcs éoliens offshore d’une capacité totale de près de 25GW.

Les Pays-Bas disposent actuellement de 2,9GW d’énergie éolienne offshore. Ils visaient 11,5GW d’ici à 2030, mais ont décidé de revoir leurs ambitions à la hausse, à 22 GW.

Et avec l’augmentation du nombre de parcs éoliens en mer du Nord, la possibilité de connecter les réseaux électriques entre les pays et de revendre de l’électricité augmente également.

Le Danemark prévoit de construire deux “îles énergétiques” artificielles, l’une dans la mer du Nord et l’autre dans la mer Baltique. Il s’agit essentiellement de centrales électriques flottantes situées à proximité de parcs éoliens en mer qui permettraient de collecter l’électricité de manière plus efficace. Elles faciliteraient ensuite sa distribution entre les pays. Le Danemark a déjà signé des accords commerciaux avec plusieurs de ses voisins.

Le parc éolien offshore Sørlige Nordsjø II
Le parc éolien offshore Sørlige Nordsjø II. Sa localisation peut être une opportunité pour exporter l’électricité norvégienne à d’autres pays européens

Investir pour des bénéfices futurs en demandant aux Norvégiens de les financer

Mais la Norvège craint que la connexion de son réseau avec les pays étrangers et l’exportation d’électricité n’entraînent une hausse des prix sur le marché intérieur.

Pendant ce temps, Statnett, l’opérateur public du réseau électrique norvégien, attend l’approbation du gouvernement pour construire des câbles hybrides dans les nouveaux parcs éoliens.

Les câbles hybrides peuvent fournir l’électricité des systèmes éoliens offshore aux marchés norvégien et européen. Ainsi, la Norvège pourrait exporter son excédent d’électricité, mais aussi recevoir de l’électricité lorsque les éoliennes n’en produisent pas.

Cependant, l’exportation d’électricité est perçue comme l’une des raisons pour laquelle son prix a tant augmenté en Norvège récemment. L’énergie était auparavant relativement abordable, mais le pays est en train de reconsidérer sa stratégie d’investissement.

Alors que l’Europe est en pleine crise énergétique, l’électricité en Norvège pouvait coûter en décembre jusqu’à sept fois plus cher qu’en 2019. Le royaume est déjà l’un des pays les plus chers d’Europe.

La Norvège exporte déjà son électricité par le biais de câbles. Elle a ouvert deux câbles, un vers le Royaume-Uni et un vers l’Allemagne, l’année dernière.

L’exportation d’électricité vers le Royaume-Uni est lucrative pour la Norvège. Les Britanniques sont prêts à payer le prix fort car les habitants ont l’électricité la plus chère d’Europe.

Mais certains Norvégiens craignent que l’industrie de l’électricité soit plus désireuse de faire des bénéfices en vendant aux étrangers qu’en approvisionnant le marché national, ce qui aurait pour effet de réduire l’offre et d’augmenter les prix dans le pays.

Les câbles hybrides, essentiels à la rentabilité de l’industrie des parcs éoliens offshore

L’année dernière, le gouvernement a décidé d’annuler un projet d’installation de câbles avec l’Écosse. Il a également suspendu toutes les nouvelles licences jusqu’à ce que l’impact des câbles hybrides actuels soit mieux compris. Néanmoins, le gouvernement a également estimé que l’octroi de licences pour les câbles hybrides devra reprendre un jour.

Et l’industrie fait pression et insiste sur les câbles hybrides en déclarant que les projets de parcs éoliens ne seront pas rentables sans eux. Dans le même temps, la Norvège ambitionne d’augmenter ses exportations par voie maritime hors pétrole et gaz d’au moins 50 % d’ici à 2030.

Pour la Confédération des entreprises norvégiennes, le plus grand représentant des entreprises norvégiennes, et pour l’Association norvégienne des armateurs, l’organisation commerciale de l’industrie maritime et offshore, l’investissement est nécessaire et ne peut plus être retardé pour être compétitif dans la course au marché des énergies renouvelables.

Alors que nos voisins investissent dans de nouvelles énergies renouvelables, de nombreux éléments indiquent que nous, en Norvège, sommes plus préoccupés à blâmer l’Europe pour les prix élevés de l’électricité en Norvège qu’à faire réellement ce qui est nécessaire pour accélérer les solutions“, a déclaré l’Association norvégienne des armateurs dans un communiqué le 25 janvier.

Le gouvernement norvégien incapable de prendre une décision

En fait, le gouvernement est déchiré pour faire un choix. Les partis travaillistes et du centre, qui forment la coalition gouvernementale, sont en fait en désaccord sur le chemin à suivre. Le parti travailliste détient 11 postes ministériels et le parti du centre est représenté par 8 ministres.

Le Premier ministre Jonas Gahr Støre, du parti travailliste, est favorable à l’investissement dans les câbles hybrides. Mais le Parti du centre, dont fait partie le ministre des finances Trygve Slagsvold Vedum, considère que l’énergie éolienne offshore doit avant tout fournir une énergie bon marché et couvrir les besoins industriels de la Norvège.

Ne pas approuver de nouvelles connexions internationales signifie qu’il n’y aura pas de câbles hybrides selon le Parti du centre. Mais le premier ministre a déclaré qu’il souhaitait pouvoir être connecté aux réseaux électriques étrangers. Au milieu de cette confusion, M. Støre a admis le 12 janvier que le gouvernement devrait peut-être mieux comprendre ce que sont réellement les câbles hybrides.

Selon le média norvégien NRK, la Direction norvégienne des ressources en eau et de l’énergie a partagé ses calculs avec le gouvernement. Exporter l’électricité, et investir en conséquence, augmentera les profits de l’industrie de l’énergie, mais les Norvégiens paieront leur électricité plus cher.

Nous n’avons pas de conclusions claires“, a réagi Henrik Glette, directeur de la communication de Statnett. L’entreprise attend toujours l’approbation pour le déploiement des câbles hybrides.

Découvrez plus d’actualités de Norvège

Source
Meld. St. 36 (2020–2021), Gouvernement de Norvège, accès libre

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page