Économie

Le Conseil national suisse a approuvé l’interdiction d’importation du foie gras

Après plusieurs tentatives infructueuses, la Suisse va probablement interdire l’importation de foie gras.

Foie gras

Le 28 février, le Conseil national, la chambre basse de la Suisse, a voté l’interdiction de l’importation de foie gras par 119 voix pour et 61 contre.

La production de foie gras est interdite en Suisse depuis plus de 40 ans, mais les Suisses pouvaient encore en acheter de France, Hongrie ou Bulgarie, qui sont parmi les rares pays d’Europe où le gavage n’est pas interdit.

Le foie gras de canard ou d’oie est le résultat d’une propriété naturelle de leur organe. En tant qu’oiseaux migrateurs, leurs foies ont la capacité de grossir et faire des réserves avant de s’envoler vers des températures plus clémentes en hiver. Mais la très grande majorité des producteurs de foie gras gavent leurs oiseaux pour exploiter leur potentiel au maximum, avec des foies qui grossissent jusqu’à 10 fois leur taille normale. Le foie gras sans gavage est un marché extrêmement marginal.

Martin Haab, membre du Conseil national et partisan de l’interdiction, a estimé qu'”il est extrêmement répréhensible que la Suisse impose des règles strictes à sa propre agriculture et interdise la production de tels produits, alors que leur importation soutient et encourage activement des formes de production intolérables”.

Ce n’est pas la première fois que des parlementaires suisses propose d’interdire son importation. Mais cette fois, le changement est venu de l’Union démocratique du centre (UDC), un parti nationaliste et conservateur qui a la majorité au Conseil national, au lieu des partis de gauche ou des Verts.

La législation doit encore passer par le Conseil des États, la chambre haute de la Suisse.

Découvrez des actualités sur la Suisse

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page