Politique

Les députés de Norvège avaient gelé leur rémunération l'année dernière. L'augmentation de 2022 devrait compenser

Les membres du parlement de Norvège étaient censés geler leur rémunération. Mais ils auront finalement une augmentation, non seulement pour 2022 mais aussi pour 2021.

Le Storting, le parlement monocaméral de Norvège
Le Storting, le parlement monocaméral de Norvège | © Stortinget, Avril 2021

Les politiques norvégiens sont confrontés à une érosion de la confiance de la population envers ses dirigeants et il a été décidé en 2019 de geler les rémunérations des membres du parlement et du gouvernement. Cette décision fut également prise compte tenu du contexte difficile pour la population avec la pandémie de COVID-19.

Mais il est fort probable que les membres du Storting, le parlement monocaméral norvégien auront finalement une augmentation pour 2022 et 2021, à hauteur de 76 321 couronnes brutes par an (7 337 euros), soit +7.7% entre 2022 et 2019. L'augmentation de la rémunération en 2020 reste gelée, mais le gel pour 2021 ne sera qu'un report.

Le président du Storting a finalement accepté de suivre la recommendation du comité de rémunération et soutenue par trois partis politiques capables d'obtenir une majorité au parlement.

Si la nouvelle rémunération est adoptée, les membres du parlement seront payés 1 064 318 couronnes brutes par an (102 319 euros) à partir du 1er mai, les membres du gouvernement 1 518 999 couronnes (146 030 euros), et le premier ministre et le président du Storting 1 869 761 couronnes (179 750 euros). Ce sera la première fois que les membres du Parlement norvégien seront payés plus d'un million de couronnes par an, à peu près le double du salaire moyen en Norvège.

Une augmentation de 7,7 % pour la rémunération des parlementaires entre 2019 et 2022

La rémunération des parlementaires en Norvège est décidée par le Storting lui-même, sur la base de la recommandation annuelle d'un Comité de Rémunération séparé créé en 1996. La rémunération, qui n'est pas considérée comme un salaire, d'un membre du Storting était de 987 997 couronnes brutes par an (94 982 euros) au 1er mai 2019. Ils bénéficient également d'autres avantages tels que la prise en charge des frais de déplacement et de téléphonie.

Le comité évalue également la rémunération des membres du gouvernement, qui était de 1 410 073 couronnes brutes en 2019. Cette rémunération est liée à celle du premier ministre. La rémunération du président du Storting était la même que celle du premier ministre : 1 735 682 couronnes brutes par an.

La rémunération et les augmentations de salaire des élus locaux et de nombreux employés du secteur public sont également liées à celles des plus hauts responsables politiques.

Mais le avril 2020, une autre commission a été mise en place pour auditer tous les régimes de rémunération des élus publics. Un rapport intermédiaire fut publié en mai 2022 et l'évaluation finale devrait être prêt fin janvier 2023.

Les rémunérations des députés et des membres du gouvernement étaient censées rester inchangées pendant la durée des délibérations de la commission. Par conséquent, aucun ajustement ne fut apporté à la rémunération des députés en mai 2020.

Cet audit de toutes les compensations et avantages fut mis en place alors que la confiance élevée de la population norvégienne envers ses dirigeants s'est érodé avec plusieurs controverses dernièrement, comme celle concernant le programme de logements qui a fini par contraindre l'ancienne présidente du Storting Eva Kristin Hansen à démissionner.

En 2021, l'augmentation a été gelée en tenant aussi compte du contexte de la pandémie de COVID-19. Mais il s'avère qu'il ne s'agit finalement que d'un report. La rémunération des parlementaires augmentera de 76 321 couronnes par an (7 337 euros), passant de 987 997 à 1 064 318 couronnes entre 2019 et 2022, soit une hausse de 7,7 %.

Le comité des rémunérations le 2 juin a proposé d'appliquer une augmentation de 3,7 % pour 2022 à la suite de l'accord sur l'augmentation générale des salaires de 3,7 % (l'inflation devrait être de 3,3 % cette année en Norvège). Mais l'ajustement serait également calculé après avoir appliqué une première augmentation de 2,7 % pour 2021.

La hausse de la rémunération proratisée au temps sera de 5,1 % en 2022, les ajustements s'appliquant en mai. Mais l'augmentation annuelle réelle, basée sur la valeur des rémunérations annuelles brutes proposées par le comité, sera de 7,7 %.

En 2021, la rémunération des parlementaires aurait été de 1 028 011 couronnes par an, soit une augmentation annuelle effective de 4,05 % par rapport à 2019. En 2022, elle devrait être de 1 064 318 couronnes par an, soit une augmentation de 3,53 % par rapport à 2021. Les augmentations de la rémunération du Premier ministre et des membres du gouvernement suivent les mêmes pourcentages.

L'augmentation de 2021 ne sera toutefois pas appliquée rétroactivement, ce qui signifie que le montant ajusté ne prendra effet qu'à partir du 1er mai 2022. Le gel décidé pour 2020 a également été maintenu.

Une faible majorité au Parlement peut approuver l'augmentation "sobre"

Il y a quelques mois, une précédente recommandation de la commission, 45 000 couronnes pour 2020 et 2021, avait déjà suscité la controverse et avait été rejetée par le président du Storting Masud Gharahkhani.

Plus modeste que celle qui va être votée, elle aurait déjà permis aux représentants du pays d'obtenir une rémunération supérieure au seuil symbolique d'un million de couronnes par an (96 136 euros).

Le parti travailliste, qui dirige le pays au sein d'une coalition avec le parti du centre, voulait annuler cette augmentation. Il estimait que le moment était mal choisi et a proposé que le gel se poursuive jusqu'à ce que le comité d'évaluation rende ses conclusions finales, en janvier 2023. Le marxiste Red Party souhaite même une réduction de la rémunération de 200 000 couronnes.

La présidence du Storting, composée du président M. Gharahkhani, du parti travailliste, et de cinq vice-présidents, n'a pas réussi à trouver une majorité sur la dernière recommandation et à se mettre d'accord sur la solution.

Le premier vice-président Svein Harberg, du parti conservateur, le deuxième vice-président Nils T. Bjørke, du parti du centre, et le troisième vice-président Morten Wold, du parti de droite Progress, ont soutenu la dernière recommandation du comité de rémunération et ont estimé qu'il s'agissait d'une proposition "sobre". Ils ont souligné que les deux partis qui s'opposent à l'augmentation "ne peuvent pas voir qu'il y a eu de nouvelles informations qui fournissent une base pour changer" la rémunération.

Le Storting a décidé en mai 2021 que la rémunération des représentants devait suivre les accords salariaux annuels. L'audit en 2021 a aussi indiqué que le comité de rémunération pouvait poursuivre ses travaux en gardant sa méthode.

M. Bjørke expliqua également à Nettavisen que la décision sur la rémunération de 2021 fut juste repoussée l'hiver dernier à cette année.

Ensemble, le parti conservateur, le parti du centre et le parti du progrès peuvent réunir 85 sièges sur les 169 que compte le Storting, soit la majorité la plus maigre possible.

Au final, le président M. Gharahkhani, qui était favorable à la poursuite du gel "jusqu'à ce que le ménage soit fait", a décidé le 13 juin de suivre les recommandations du comité de rémunération.

La nouvelle rémunération des députés et des membres du gouvernement doit être votée au Storting le 16 juin. C'est la dernière semaine dernière de travail du Storting avant la pause estivale.

Découvrez des actualités de Norvège

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page