Sciences et santé

En Irlande, une commission parlementaire recommande de ne pas augmenter l'âge de départ en retraite

L'Irlande devrait relever l'âge de départ à la retraite, mais une commission parlementaire recommande de le maintenir à 66 ans.

retraité

Une commission parlementaire a répondu à un précédent rapport de la Commission des retraites en adoptant une approche très différente. Elle a recommandé de maintenir l'âge de la retraite au niveau actuel au lieu de l'augmenter progressivement.

La commission de la protection sociale considère dans son rapport qu'une telle mesure n'améliorerait pas significativement les caisses de la sécurité sociale.

Lors des élections législatives de 2020, le parti politique Fianna Fáil a promis qu'il reporterait la loi relative au recul de l'âge de départ en retraite, un sujet qui avait pris une place importante dans les débats de campagne.

En 2014, le gouvernement irlandais dirigé par le parti travailliste Fine Gael a fait passer l'âge de la retraite de 65 à 66 ans. Puis l'âge de départ en retraite devait passer à 67 ans en 2021, et à 68 ans en 2028.

Mais en 2020 le Fianna Fáil a remporté le plus grand nombre de sièges et a formé une coalition avec l'ancien parti au pouvoir, le Fine Gael.

En octobre dernier, la ministre de la protection sociale, Heather Humphreys, avait pourtant déclaré que le rapport de la commission sur les retraites avait "établi sans ambiguïté que le système actuel de retraite publique n'est pas viable à l'avenir et qu'un changement est nécessaire".

Le rapport recommandait que l'âge pour percevoir une retraite d'État soit progressivement relevé de trois mois par an à partir de 2028. L'âge de la retraite atteindrait 67 ans en 2031 et augmenterait ensuite de trois mois tous les deux ans. Les personnes pourraient prendre leur retraite et recevoir une pension complète à 68 ans à partir de 2039.

Le rapport soulignait que les coûts de financement des pensions de retraite augmenteraient considérablement, "de l'ordre de 65 % d'ici 2030". Si rien ne change, l'ensemble du fonds d'assurance sociale, l'équivalent du fonds de solidarité vieillesse, serait nécessaire pour payer les pensions de retraite d'ici 2040.

Peu convaincus par l'impact d'une augmentation de l'âge de la retraite

Le 2 février, la commission parlementaire de la protection sociale a toutefois adopté une position opposée. Parmi 13 recommandations, elle a plaidé pour le maintien de l'âge de départ en retraite à 66 ans, son niveau actuel.

La commission "n'est pas convaincue que le relèvement progressif de l'âge de la retraite aura un impact significatif sur la situation budgétaire du fonds d'assurance sociale".

Elle avance que "de nombreuses personnes âgées de 66 ans ou plus ne pourraient raisonnablement pas continuer à travailler en raison des efforts physique et mental que leur emploi leur a causé pendant de nombreuses années".

La commission comprenait des membres de tous les partis politiques.

"D'ici 2030, nous connaîtrons un manque de 2,3 milliards d'euros par an dans le fonds", a cependant expliqué le ministre des finances Paschal Donohoe, membre du Fine Gael, sur la radio RTE.

En 1991, il y avait 5 personnes en âge de travailler pour chaque retraité. Il n'y aura plus que 3,5 personnes en âge de travailler pour chaque retraité en 2031, et 2,3 en 2051.

Le premier ministre irlandais Micheál Martin, du Fianna Fáil, a déclaré qu'il restera ouvert d'esprit quant à la question de l'âge de départ en retraite.

Le syndicat des travailleurs SIPTU a salué la recommandation de la commission.

Découvrez plus d'actualités d'Irlande

Source
Committee on Social Protection, Community and Rural Development and the Islands, Parlement irlandais, accès gratuit

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page