Société

Hong Kong ouvre une "hotline antiterrorisme"

Les autorités de Hong Kong ouvrent une hotline contre le terrorisme et envisagent de récompenser les citoyens qui fournissent des informations utiles à la police.

La nouvelle hotline antiterroriste de Hong Kong
La nouvelle hotline antiterroriste de Hong Kong du plan "Repérer et signaler" | ICTU

La police de Hong Kong lance officiellement le 8 juin un numéro de téléphone pour signaler des actes de terrorisme (Counter-terrorism Reporting Hotline) afin d'encourager les citoyens à fournir des indices sur les "crimes impliquant du terrorisme et de la violence". Cette nouvelle ligne directe s'inscrit dans le cadre d'une campagne de promotion : Repérer et signaler (Spot and report).

La police a déjà lancé une ligne d'assistance similaire, la hotline anti-violence, en 2019, afin d'aider aux enquêtes et à la prévention des crimes après les manifestations déclenchées contre le gouvernement de Hong Kong et le projet de loi autorisant l'extradition vers la Chine continentale. La police affirme que cette ligne d'assistance a reçu "de nombreux signalement de citoyens enthousiastes".

En novembre 2020, une ligne directe de signalement du département de la sécurité nationale a également été lancée pour faciliter le signalement d'informations liées à la sécurité nationale. En mai 2021, les personnes ont également pu signaler leurs soupçons de terrorisme via un formulaire en ligne ou par e-mail.

La nouvelle ligne téléphonique, dont le numéro est censé être plus facile à mémoriser, est une mise à jour de la ligne anti-violence. Elle sera gérée par l'Unité interdépartementale de lutte contre le terrorisme (ICTU), un service créé en 2018, dans le but d'améliorer le partage des renseignements entre les départements. La ligne directe de la sécurité nationale complétera la ligne de contre-terrorisme avec le même objectif mais couvrant des lois différentes, a déclaré Leung Wai-kei, le surintendant de l'ICTU.

Les autorités justifient cette mise à jour par la nécessité de s'adapter aux nouvelles menaces, car les activités des "extrémistes locaux sont devenues plus secrètes et souterraines" depuis l'entrée en vigueur de la très controversée loi sur la sécurité nationale de Hong Kong en 2020.

En plus des actes de violence, elles espèrent aussi que les personnes signaleront les activités suspectées d'être liées au terrorisme, et en particulier les complots extrémistes. Pour l'instant, seuls les SMS et les messages via l'application WeChat permettront de signaler des informations, mais d'autres fonctionnalités pourront être ajoutées à l'avenir.

M. Wai-kei a déclaré que le formulaire en ligne et le signalement du terrorisme par e-mail avaient collecté environ 350 tuyaux depuis le mois de mai 2021, dont 35 % nécessitaient un suivi. La hotline anti-violence a reçu 340 000 signalements.

Le niveau de menace d'attentats terroristes à Hong Kong est actuellement fixé à modéré.

La nouvelle loi sur la sécurité criminalise le séparatisme, la subversion, le terrorisme et la collusion avec des puissances étrangères, qui peuvent être sanctionnés par des peines allant jusqu'à la prison à perpétuité.

Selon la loi, une personne qui "intimide le public à des fins politiques" peut se livrer à des activités terroristes si, par exemple, il y a violence grave contre une personne, sabotage de moyens de transport ou d'installations de transport, interruption des services publics ou toute "autre activité dangereuse qui compromette gravement la santé, la sûreté ou la sécurité publiques".

Afin d'encourager les personnes à signaler des actes terroristes présumés, la police envisage d'offrir des compensations financières à celles qui fournissent des informations fiables. Le montant des récompenses et son mécanisme n'ont pas été officiellement communiqués, mais elles seraient accordées à la fin des procédures.

Un Prix du Bon Citoyen est déjà en place à Hong Kong depuis des années pour encourager les citoyens à signaler des crimes à la police. Remis chaque année à l'occasion d'une cérémonie, le prix du bon citoyen est également assorti de 4 000 dollars de Hong Kong (477 euros).

M. Wai-kei a suggéré que les récompenses pourraient aller de 400 000 à 800 000 dollars de Hong Kong (48 000 à 95 000 euros) si le signalement permet d'éviter des crimes graves tels que des blessures ou des meurtres.

Il a également déclaré que le public pouvait tenir compte de la tenue ou du comportement inhabituels d'une personne pour identifier des individus suspects, et s'est montré confiant quant à l'absence d'abus des signalements, expliquant que les autorités ont l'expérience de l'identification des signalements crédibles, et que les récompenses seraient accordées après la fin des poursuites.

Le 1er juillet marquera le 25e anniversaire du transfert de l'autorité britannique sur Hong Kong à la Chine.

Découvrez plus d'actualités sur Hong Kong

Source
Communiqué, gouvernement de Hong Kong, juin 2022, accès gratuitLaw of the People’s Republic of China on Safeguarding National Security in the Hong Kong Special Administrative Region, Hong Kong e-legislation, accès gratuit, PDF

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page