Société

Le revenu des ménages sud-américains ont le plus souffert de la pandémie de COVID-19

Le revenu des ménages a augmenté de 7,4 % en moyenne dans le monde, ce qui contraste avec l’état général de l’économie mondiale. Sur le plan économique, ce sont les ménages latino-américains qui ont le plus souffert en 2020. Mais les pays les plus touchés par la pandémie n’ont pas forcément réduit la richesse des ménages grâce à l’argent public.

Carte de la richesse mondiale en 2020
Carte de la richesse mondiale en 2020 | Credit Suisse Global Wealth Databook 2021

Le Global wealth report publié par le Credit Suisse en juin 2021 estime que la richesse totale des ménages dans le monde a augmenté de 7,4 % en 2020.

La richesse moyenne était de 79 955 dollars par adulte en 2020, soit une augmentation de 6% (+2,7% sans les fluctuations des taux de change) pour atteindre la plus haute valeur jamais enregistrée par l’étude. Le rapport note que “le contraste entre ce qui est arrivé à la richesse des ménages et ce qui se passe dans l’économie au sens large” n’a jamais été aussi frappant.

La richesse totale des ménages en Inde et en Amérique latine a subi des pertes en 2020, tandis que la richesse de l’Afrique est restée globalement stable. L’Inde a perdu 4,1 % de sa richesse, ramenée à -2,1 % à taux de change fixe, tandis que la richesse des ménages d’Amérique latine a chuté de 11,4 %. Dans certains pays, le revenu des ménages a même augmenté au cours de la période. C’est en Amérique du Nord, en Europe et en Chine que la richesse des ménages a le plus augmenté.

Étonnamment, les pertes de produit intérieur brut n’ont pas nécessairement supprimé les gains de richesse. La richesse peut même s’être améliorée malgré une baisse du PIB.

Croissance du revenu des ménages en 2020
Croissance de la richesse des ménages par rapport au PIB en 2020. Les pays situés au-dessus des lignes en pointillés ont connu une augmentation de la richesse des ménages | Credit Suisse Global Wealth Databook 2021

Les revenus des ménages peuvent avoir augmenté malgré le ralentissement économique

Habituellement, on s’attend à ce que la richesse des ménages ne croisse qu’un peu plus vite que la croissance du PIB. Cependant, même si la Belgique, le Canada, Singapour et le Royaume-Uni ont subi une perte moyenne de 7,1 % de leur PIB, ils ont néanmoins gagné 7,7 % de richesse, ajustée en tenant compte des taux de change. L’augmentation de la richesse des ménages dans ces pays a même dépassé la diminution du PIB.

Dans les pays où les revenus ont été massivement soutenus par des mesures d’urgence, la réduction des opportunités de consommation a entraîné une augmentation de l’épargne. Dans l’Union européenne, où la richesse des ménages a augmenté, le taux d’épargne net des ménages est passé de 5,8 % du revenu disponible en 2019 à 12,57 % en 2020.

C’est en Suisse, en Australie et en Suède que la richesse par adulte a le plus augmenté, avec un gain de plus de 50 000 dollars en un an, bien que les taux de change expliquent le gros de ces augmentations.

Dans l’ensemble, les pertes ont été plus modestes. Hong Kong, avec une baisse de 26 419 $ par personne, a le plus souffert. Hong Kong reste le pays qui possède la troisième plus grande richesse moyenne par adulte, derrière la Suisse et les États-Unis.

L’argent public est venu soutenir la richesse des ménages, ce qui est une des raisons de la résilience des foyers, mais qui a entraîné une augmentation de la dette des pays. Mais des pays déjà fortement endettés comme l’Argentine n’ont pu aider les ménages autant que d’autres nations.

Le marché financier et les prix de l’immobilier se sont également bien portés dans les pays gravement touchés économiquement, ce qui s’explique par les aides publiques et les faibles taux d’intérêt, suggère le rapport.

Les répercussions de la pandémie de COVID-19 ont entraîné une hausse généralisée des inégalités de richesse. Les écarts de richesse entre adultes se sont creusés en 2020.

Le nombre de millionnaires dans le monde a augmenté de 5,2 millions, soit une hausse de 9 %, pour atteindre 56,1 millions. Par exemple, le Portugal compte 19 430 millionnaires de plus, soit 17 % de plus qu’en 2019, alors que son PIB a reculé de 7,6 %. Et dans le même temps, 400 000 Portugais sont passés sous le seuil de pauvreté à cause de la pandémie.

En 2020, 55% de la population mondiale se partageait seulement 1,3% de la richesse mondiale. Les pays à revenu faible ou intermédiaire représentent 42 % de la croissance mondiale, mais ils ne cumulent que 33 % de la richesse actuelle.

Découvrez plus d’actualités sur la Suisse

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page