Économie

Le plan de l'AIE pour réduire la dépendance de l'UE au gaz naturel russe

L'Union européenne pourrait être en mesure de réduire sa dépendance à l'égard du gaz russe de 30 % d'ici un an grâce à un ensemble de mesures. Les économies d'énergie et la diminution du chauffage des foyers auraient un impact modéré.

Gazoduc

L'Agence internationale de l'énergie a publié le 3 mars un plan visant à réduire la dépendance de l'Union européenne vis-à-vis du gaz naturel russe en diminuant d'un tiers à la moitié ses importations d'ici un an.

Les économies d'énergie réalisées en réduisant le chauffage dans les foyers pourraient réduire de 10 milliards de mètres cubes la consommation de gaz, mais cela ne représente que 6 % des importations annuelles de la Russie.

Depuis que la Russie a envahi l'Ukraine le 24 février, la plupart des puissances mondiales ont imposé des sanctions contre Moscou. Mais l'Union européenne se sent vulnérable en raison de sa dépendance à l'égard des importations de gaz naturel, même si l'Allemagne a finalement décidé d'arrêter le processus d'ouverture du nouveau gazoduc Nord Stream 2 à la fin du mois de février.

En livrant 155 milliards de mètres cubes de gaz naturel et de gaz naturel liquéfié en 2021, la Russie représentait près de 40 % des importations annuelles de gaz de l'UE, selon l'AIE. Et le gaz naturel représente une part importante du mix énergétique total de l'UE (22 % en 2019).

Mais l'agence a proposé une série d'actions immédiates qui pourraient réduire les importations de gaz russe d'un tiers en un an, tout en étant en mesure de respecter les objectifs de réduction de l'empreinte carbone de l'UE.

L'AIE prévoit également que des actions plus radicales pourraient même réduire de moitié les besoins en gaz russe, mais cela ralentirait les réductions d'émissions de l'UE à court terme.

La première opportunité est que les contrats à long terme avec Gazprom, la compagnie gazière publique russe, encadrant l'importation de plus de 15 milliards de mètres cubes par an, doivent expirer à la fin de 2022. Environ 12 % des livraisons de gaz de l'entreprise vers l'Europe en 2021 pourraient ne pas être renouvelées, ce qui donne la possibilité à l'UE de profiter de la situation et de diversifier ses fournisseurs.

Pour compenser les pertes avec la Russie, l'UE pourrait augmenter ses importations en provenance de Norvège et d'Azerbaïdjan, ainsi qu'augmenter sa propre production de gaz.

La lutte contre les fuites de gazoducs et d'oléoducs pourrait également apporter 2,5 milliards de mètres cubes par an pour aider à répondre à la demande énergétique de l'UE. Une meilleure gestion du stockage du gaz pour éviter les hausses de prix serait également utile.

L'A.I.E. propose également de simplifier les processus d'obtention de permis de construire pour les projets éoliens et solaires afin d'accélérer encore davantage sa capacité de production d'énergie renouvelable. En revanche, il existe un "potentiel limité pour augmenter" l'offre de biogaz et de biométhane à court terme en raison des délais d'exécution des nouveaux projets, selon l'agence.

Pour réduire la dépendance au gaz russe, l'UE s'appuierait de nouveau sur l'énergie nucléaire. Quatre centrales nucléaires devraient fermer d'ici la fin de 2022 et une autre en 2023. L'agence note que le fait de retarder leur fermeture permettrait de réduire la consommation de gaz pour l'électricité.

Comme les bâtiments représentent 40 % de l'énergie consommée sur le continent, les ménages devraient également remplacer les chaudières à gaz par des pompes à chaleur. La Commission européenne a déjà proposé d'interdire les chaudières à combustible fossile, mais avec une échéance en 2040. Du côté des entreprises, l'amélioration de l'isolation des bâtiments non résidentiels permettrait d'économiser plus d'un milliard de mètres cubes en un an.

En plus de cela, les particuliers devraient réduire leur thermostat pour économiser de l'énergie. La température moyenne pour le chauffage des bâtiments dans l'ensemble de l'UE est actuellement supérieure à 22 degrés Celsius. Mais une baisse de 1°C permettrait de réduire la demande de gaz de quelque 10 milliards de m3 par an, a rappelé l'agence. Ce qui ne représente que 6 % des importations annuelles de gaz russe.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page