Économie

L'utilisation croissante du Bitcoin par les cartels pour blanchir l'argent

Les cartels de la drogue mexicains et colombiens ont une utilisation croissante des cryptomonnaies en profitant de l'anonymat et de la vitesse de transactions qu'elles offrent.

Bitcoin

Les cartels de la drogue au Mexique se tournent vers Internet, le Bitcoin et le commerce en ligne pour blanchir l'argent et vendre de la drogue, selon un rapport publié le 10 mars et écrit. par l'Organe international de contrôle des stupéfiants.

Il fait part de l'utilisation croissante du Bitcoin par les cartels de Jalisco Nouvelle Génération et de Sinaloa pour blanchir leur argent.

"Le cyberespace et les crytpomonnaies émergent comme les nouvelles frontières des organisations criminelles luttant pour le contrôle des vastes réseaux de traffic de drogues, d'armes, sexuels et d'être humains", le rapport explique. Le Mexique en novembre dernier a communiqué sur les cartels de la drogue utilisant les jeux vidéos en ligne pour attirer de jeunes recrues.

On estime que les cartels mexicains blanchissent pour 25 milliards de dollar par an.

Cependant, le gouvernement du Mexique exige depuis 2018 que toutes les plateformes de crytpomonnaies rapportent les transferts d'argent excédant les 56 000 pesos mexicains (2 830 $).

Mais les criminels déposent l'argent sur de multiples comptes en banque et effectuent de nombreux transferts de petits montants pour rester en dessous de la barre des 7 500 $ qui émet une alerte sur les transactions bancaires. Cette technique est appelée le "smurfing", un smurf étant la traduction anglaise d'un schtroumpf. Ensuite, ils multiplient les achats de petits montants de Bitcoin en ligne, "obscurcissant l'origine de l'argent et leur permettant de payer les partenaires ailleurs dans le monde".

Selon la DEA Américaine, "les organisations criminelles mexicaines et colombiennes augmentent leur utilisation des monnaies virtuelles", parce qu'elles offrent "l'anonymat et la rapidité des transactions".

Certains sites Internet font aussi la promotion de la vente de pillules de Xanax alors qu'elles sont coupées au Fentanyl sans le mentionner. Pour Del Campo, membre de l'Organe de contrôle, les cartels de la drogue ravivent de vieilles recettes de drogues de synthèse qui étaient tombées dans l'oubli à cause de leurs effets secondaires.

Le mois dernier, au moins 20 personnes sont mortes en Argentineà cause de cocaïne frelatée, coupée avec un opioïde similaire au fentanyl utilisé comme anesthésiant sur les éléphants ou les rhinocéros.

Le INCB a aussi partagé ses inquiétude au sujet des réseaux sociaux qui "non seulement promeuvent de mauvais comportements autour de l'usage des drogues en les rendant glamour, mais ils offrent également la possibilité d'acheter du cannabis, des ordonnances pour des anti-douleurs et d'autres substances régulées sur de nombreuses plateformes".

Découvrez des actualités sur le Mexique

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page