Société

Un projet de loi pour offrir le parking aux clients des magasins malgré les embouteillages aux Philippines

Un député philippin a déposé un projet de loi visant à rendre le parking gratuit aux clients de magasins car ce serait un besoin de base. Alors que les zones urbaines des Philippines connaissent de nombreux problèmes de circulation, plusieurs projets tentent de faire adopter des lois relatives aux places de parking.

Embouteillages à Manille
Embouteillages à Manille. Les conducteurs de Manille peuvent perdre 98 heures par an dans les bouchons, selon l’indice de trafic Numbeo | Eryka Rose Raton, 2020

Peter Miguel, un député du district de South Cotabato, dans le sud des Philippines, a envoyé à la Chambre des représentants un projet de loi portant sur l’utilisation des places de parking dans les villes.

Le projet de loi vise à permettre aux clients d’utiliser les aires de stationnement des centres commerciaux, mais aussi des hôpitaux, pour une durée maximale de deux heures, en signe de “courtoisie”. Il avance que le stationnement est une “commodité de base” qui devrait être fournie aux consommateurs.

Selon la mesure, les consommateurs peuvent utiliser les places de parking des centres commerciaux, des supermarchés, des écoles, des hôpitaux, des hôtels et des entreprises ou établissements publics similaires pendant au moins deux heures, à condition de dépenser au moins 500 pesos (8,6 euros). Le projet de loi prévoit également des avantages fiscaux pour les établissements qui compensent le coût du stationnement pour les clients.

Selon Phil Star, le stationnement dans les centres commerciaux coûte environ 50 pesos, avec des frais supplémentaires par heure, à dans l’aire urbaine de Manille.

En septembre, Augustina Dominique Cruz Pancho a également déposé un projet de loi visant à réglementer l’accès aux places de stationnement. Notant que la Cour suprême a déjà statué que faire payer le parking dans les centre commerciaux était une pratique légale, elle a néanmoins proposé un droit de stationnement avec un taux fixe de 40 pesos quelle que soit la durée du stationnement dans la journée. Le projet de loi prévoit également la suppression des frais de stationnement lorsque les clients des “centres commerciaux, restaurants, magasins et autres établissements similaires où les clients se rendent pour acheter des articles ou où les clients paient des frais pour bénéficier des services, des installations ou des commodités offerts par l’établissement” présentent une preuve d’achat d’au moins 1 000 pesos.

Mais M. Miguel avance que sa politique de stationnement gratuit est aussi plus qu’une simple commodité pour aider les consommateurs. Il fait valoir dans sa note explicative qu’elle permettra également de réduire le nombre de personnes qui décident de se garer un peu partout dans les rues et qui accentuent les embouteillages.

En août dernier, le député Lord Allan Jay Velasco, de l’île de Marinduque, dans le nord de l’archipel, a également déposé un projet de loi intitulé “Pas de garage, pas d’immatriculation”, qui vise à exiger la preuve qu’un garage ou un espace de stationnement adéquat est disponible avant l’achat d’un véhicule à moteur dans les zones urbaines. Deux projets de loi similaires avaient déjà été soumis en 2016 mais ils n’ont jamais été adoptés.

98 heures perdues par an dans les embouteillages à Manille

Les embouteillages sont un problème aux Philippines, en particulier dans les grandes villes comme Manille, la capitale des Philippines, qui compte 13,5 millions d’habitants dans la zone métropolitaine.

Les Philippines sont le quinzième pire pays au monde avec la plus mauvaise circulation routière selon l’indice de trafic Numbeo. Manille est la 18e ville la plus embouteillée du monde avec 98 heures perdues par an dans le trafic, soit quatre jours entiers, selon l’indice de trafic de TomTom.

Et pourtant, les dernières données de la Metro Manila Development Authority (MMDA) montrent qu’il n’y a que 2,9 millions de véhicules immatriculés à Metro Manila. Et ce chiffre devrait augmenter, aggravant encore les conditions de circulation.

En 2018, l’Agence japonaise de coopération internationale a estimé que le coût économique des mauvaises conditions de transport à Metro Manila était de 3,5 milliards de pesos par jour (60 millions d’euros) et pourrait s’aggraver pour atteindre 5,4 milliards de pesos (93 millions d’euros) par jour d’ici 2035.

En 2017, un conseil consultatif sur les transports de Metro Manila a été formé pour lutter contre les embouteillages dans la capitale et a introduit le système de circulation alternée en fonction des numéros de plaque d’immatriculation.

Cependant, une plus grande facilité à garer sa voiture ne réduit pas vraiment le trafic ni la pollution. En Irlande, l’OCDE a par exemple souligné que le pays dispose de trop d’espaces de stationnement, ce qui constituait une “puissante subvention aux voitures et aux déplacements en voiture.” À Dublin, moins de 4 % des conducteurs paient un parking pour se rendre au travail, ce qui incite les personnes à utiliser leur voiture plus souvent. Le pays a d’ailleurs pris des mesures pour réduire les exigences en matière de stationnement pour les nouveaux développements immobiliers.

En Indonésie, les mauvaises conditions de circulation de Jakarta sont l’une des raisons pour lesquelles Nusantara deviendra la nouvelle capitale. Selon Numbeo, la circulation est plus mauvaise à Manille qu’à Jakarta.

Le nouveau gouvernement des Philippines a subventionné des trajets gratuits en bus depuis cet été et ce jusqu’à la fin de l’année dans plusieurs zones urbaines. Certains bus provenaient de la campagne politique de l’actuelle vice-présidente Sara Duterte, devenus inutilisés après l’élection présidentielle.

Alt Mobility, un groupe philippin de défense des transports durables et inclusifs, a appelé le gouvernement, en septembre lors des négociations budgétaires, à fournir “un financement régulier aux infrastructures indispensables pour promouvoir la marche et le vélo, et à remédier à la pénurie de transports publics dans tout le pays” afin “d’alléger la souffrance” des personnes devant se rendre au travail.

Découvrez plus d’actualités sur les Philippines

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page